Thibaud Nicolas

Thibaud Nicolas (EHESS-ANHIMA) : « Les mots “πόλις” et “πολίτης”, intraduisibles pour les scribes babyloniens comme pour les savants européens »

     Lorsqu’on lit les publications en sciences humaines et historiques ou qu’on parcourt certaines traductions des Anciens, on est frappé par le choix fréquent du mot « polis » en italique. Déjà plus tout à fait grec à partir du moment où on l’a transcrit en alphabet latin et qu’on a cessé de le décliner, ce xénisme apparaît en bonne place dans nos manuels et nos revues. Ce choix de transcrire dénote un refus de traduire. Les traducteurs hésiteront entre « état », « cité », ou encore « Cité-Etat », mais le plus souvent accompagné d’une longue glose pour expliquer qu’il n’y a pas de stricte équivalence entre le terme original et sa traduction. Sans parler des multiples acceptions connexes du mot, renvoyant aussi bien à la « ville » ou à un « territoire » géographique qu’à la notion politique de regroupement des citoyens. Le même sort est d’ailleurs réservé à « πολίτης » que l’on traduit par « citoyen » par convention, quand bien même l’on n’entend pas du tout la même chose par ce mot dans l’Antiquité et dans la France contemporaine. Le choix le plus fréquent lorsque l’on est en contexte philosophique ou scientifique, est donc de rendre prudemment « πόλις » par « polis ».

    Dans un entretien donné à C. Briffard, B. Cassin déclarait que le Grec, comme l’Allemand, étaient des langues « ” dangereusement ” sacralisées ». Pour autant, ce refus de traduire le terme « πόλις » n’est pas récent : on le retrouve dans la documentation cunéiforme babylonienne à l’époque séleucide. Après la conquête de Babylone par Alexandre, une communauté grecque s’installa dans la célèbre ville mésopotamienne. Les sources, rédigées en écriture suméro-akkadienne, font souvent référence au « pulium », décalque clair du grec « πολίτης » alors que le concept de « Cité-Etat » et les mots pour dire « cité » au sens de « ville » et « citoyen » existaient en akkadien. Ce choix de décalquer un mot grec semble donc indiquer que la « πόλις » renvoie à une conception anthropologique, à une organisation socioculturelle toute grecque, intraduisible en Babylonien. L’impossibilité de le traduire aujourd’hui ne relèverait donc pas d’un choix procédant de la place de la philosophie politique grecque dans notre culture occidentale, mais bien d’une incapacité sémantique à rendre le terme.

Éléments de bibliographie :

Michaël Biziou et Geneviève Chevallier, « Introduction. L’élaboration réciproque de la philosophie et de la traduction », Noesis n°21, 2013, p. 7-16.

Cornelius Castoriadis, « La polis grecque et la création de la démocratie », in : Domaines de l’homme, Les carrefours du labyrinthe II, Seuil, Paris, p. 324-382.

Philippe Clancier, « The Polis of Babylon : A Historiographical Approach », in : Hellenism and the Local Communities of the Eastern Mediterranean, 400BCE-250CE, OUP, Oxford, 2017, p. 53-81.

Dimitri El Murr, « Raison et politique : Jean-Pierre Vernant et la polis Grecque », Cahiers philosophiques, vol. 112, no. 4, 2007, p. 66-90.

Patrick Michel, « Le théâtre de Babylone : nouveauté urbaine et néologisme en Mésopotamie », Études de lettres, 1-2, 2011, p. 153-170.

Julien Monerie, « Les communautés grecques en Babylonie (VIIe – IIIe s. av. J.-C.) », Pallas [En ligne], n° 89, 2012

Aristotelis Stillianou, « Politiques Des Traductions Philosophiques », Rue Descartes, no. 51, 2006, p. 17–25.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search