Romain Roy

Romain Roy : « Les mystères de l’initiation. D’Éleusis à Sparte, le chemin le plus court passe-t-il par la Virginie ? »

         L’expression « rites d’initiation » est le plus souvent utilisée en contexte francophone pour désigner, de manière restreinte, un ensemble de pratiques ritualisées qui ont pour but de faire accéder le jeune individu au statut d’adulte accompli. On parle aussi, parfois, plus simplement d’ « initiation ». Ce dernier mot mérite, à mon sens, une attention particulière, et ce pour deux raisons : la première est la place importante que cette catégorie a prise dans le champ des études anciennes en matière d’interprétation des pratiques rituelles et discursives ; la seconde est liée au flou conceptuel qui caractérise trop souvent l’utilisation de cette catégorie d’analyse, flou qui ne doit pas peu, je pense, au contexte linguistique de traduction, puis d’emprunt, dont elle est issue.

            1. L’initiation est en effet une catégorie d’analyse anthropologique qui a rencontré un succès très important dans le champ des études classiques, grecques plus particulièrement. Si l’initiation, comme catégorie comparatiste, a véritablement fait son apparition dans le champ des études anciennes avec le Themis de Jane Ellen Harrison en 1912, ce n’est pourtant qu’à partir des années 60 que cette catégorie a rencontré le succès qu’on lui connaît ; et ce, de manière presque synchronique dans trois/quatre contextes linguistiques différents (Brelich, 1969 ; Burkert, 1966 ; Vidal-Naquet, 1968, simultanément en français et en anglais). Depuis le début des années 90, cependant, plusieurs analyses critiques ont commencé à pointer les limites de l’interprétation initiatique, et notamment sa trop grande extension conceptuelle. Mon travail de thèse à consister à dresser une historiographie aussi exhaustive que possible de l’utilisation de cette catégorie à des fins d’analyses de pratiques religieuses et culturelles grecques, avec une visée déconstructionniste assumée.

       2. Je me rends compte cependant qu’en m’étant focalisé sur les expressions historiennes qui cherchent à dire ce phénomène de l’initiation de type tribal en contexte grec, je me suis désintéressé de l’origine même du terme « initiation ». Pourtant, Fritz Graf (Graf, 2003, 4) rappelle opportunément que le mot initiation est emprunté au latin initiatio (Suétone, Néron, 34, 4) qui lui-même cherchait à traduire la notion grecque de mystères et les termes associés (mustêria, mueisthai, etc.). Or, il apparaît que la première tentative de rapprochement comparatiste de pratiques éducatives des anciens Grecs (diamastigosis) avec des pratiques initiatiques de type ethnographique (Hurons), par le père jésuite Joseph-François Lafitau en 1724, s’est faite au croisement des notions d’initiation et de mystères, et sur une toile générale d’histoire des religions empruntant pour beaucoup à l’excursus courétique de Strabon (Strabon, X, 3) autour de la notion de « fait orgiastique » – to orgiastikon pân – (Belayche, 2017). Il y a là matière à réflexion et à confusion !

           Si le décalage sémantique entre le terme latin et son homologue anthropologique est donc tout à fait évident, il me semble encore plus intéressant d’analyser ce que cet enchevêtrement, cette succession d’emprunts (origine grecque, traduction latine, emprunt moderne), ont légué – pour le meilleur et pour le pire – à la catégorie anthropologique contemporaine.

Éléments de bibliographie :

Nicole Belayche, « Strabon historien des religions comparatiste dans sa digression sur les Courètes », Revue de l’histoire des religions, 4, 2017, p. 613-633.

Angelo Brelich, Paides e Parthenoi, Primo volume, Rome Edizioni dell’Ateneo, 1969. Walter Burkert, « Kekropidensage und Arrhephoria. Vom Initiationsritus zum Panathenäenfest », Hermes, 94, 1, 1966, p. 1-25.

Claude Calame, « Le rite d’initiation tribale comme catégorie anthropologique (Van Gennep et Platon) », RHR, 220, 1, 2003, p. 5-62.

David B. Dodd et Christopher A. Faraone, (éd.), Initiation in Ancient Greek rituals and narratives. New critical perspectives, Londres, Routledge, 2003.

Guy Donnay, « L’Arrhéphorie : initiation ou rite civique ? Un cas d’école », Kernos, 10, 1997, p. 177-205.

Ken Dowden, « Van Gennep et l’initiation dans la mythologie grecque : mort prématurée d’un paradigme ? », Gaia : revue interdisciplinaire sur la Grèce Archaïque, 14, 2011, p. 171-179.

Fritz Graf, « Initiation. A concept with a troubled history », in David B. Dodd et Christopher A. Faraone, (éd.), Initiation in Ancient Greek rituals and narratives. New critical perspectives, Londres, Routledge, 2003, p. 3-24.

Jane Ellen Harrison, Themis. A Study of the social Origins of greek Religion, Londres, Merlin Press, 1912.

Henri Jeanmaire, Couroi et Courètes. Essai sur l’éducation spartiate et sur les rites d’adolescence dans l’antiquité hellénique, (Travaux et Mémoires de l’Université de Lille. Nouvelle série I. Droit-lettres ; 21), Lille, Bibliothèque universitaire de Lille, 1939.

Joseph François Lafitau, Mœurs des sauvages américains comparées aux mœurs des premiers temps, Paris, 1724.

Mélanie Lozat, « Les Courètes. De Strabon à Lafitau », in Mélanie Lozat et Sara Petrella (dir.), La Plume et le calumet. Joseph-François Lafitau et les « sauvages ameriquains », Paris, Classiques Garnier, 2019, p. 97-110.

Mark W. Padilla (éd.), Rites of Passage in Ancient Greece: Literature, Religion, Society, Londres, Bucknell University Press, 1999.

Pierre Vidal-Naquet, « Le chasseur noir et l’origine de l’éphébie athénienne », Annales, Économies, Sociétés, Civilisations, 23, 2, 1968, p. 947-64.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search