Alexandre Mitchell

Alexandre Mitchell (Expressum) : « L’art de traduire la science : traits culturels, jargon et choix du « plain style » de Robertson Davies »

La communication est basée sur de nombreux exemples issus de mon expérience de chercheur et de traducteur, ainsi que celle de mes collaborateurs traduisant dans leur langue maternelle (l’anglais).

a) Méthodes

    La traduction scientifique dans les domaines très spécialisés de l’antiquité et du moyen-âge, suppose de bien connaître les langues anciennes et d’être au fait des diverses méthodologies ayant cours en philologie, en archéologie et en histoire. On doit connaître leurs textes-clés et parfois les recherches en cours. On ne peut ignorer leurs terminologies complexes ainsi que leurs usages dans les deux langues. Tout cela doit être connu avant d’entamer la lecture, car la compréhension précise d’une argumentation souvent complexe est le point de départ de la traduction. On lira souvent en diagonale plusieurs articles scientifiques cités en bibliographie pour mieux cerner l’argumentation.

b) Processus

      Le travail de traduction lui-même consiste en l’expression exacte du sens du texte original en l’adaptant aux traits culturels spécifiques de la langue anglaise. On pensera aux phrases plus courtes, au langage moins fleuri, au choix d’éviter la voix passive, les verbes substantivés ou les phrases dont les actions sont menées par des concepts.

c) Le “plain style”

      Pour des raisons liées à mon parcours scientifique, j’ai pour mission que le texte final puisse être lu par des non-spécialistes. J’adhère aux principes du « plain style » enseigné par un personnage de Robertson Davies dans son roman The Manticore, le professeur d’histoire vieillissant du nom de Dunstan Ramsay. C’est un style « dépouillé » fait de phrases courtes, une syntaxe limpide, un plus grand choix de vocabulaire qu’en français pour trouver l’expression juste et l’usage mesuré du jargon scientifique utilisé uniquement pour éviter les périphrases inutiles. Il supposepar ailleurs l’élimination systématique des présents de narration tant chéris par les chercheurs francophones car ils rendent l’argumentation historique très confuse et bien d’autres adaptations avec pour seul but de rendre le texte le plus clair possible à l’arrivée. C’est, bien entendu, un choix de traduction. Dunstan Ramsay conseille à ses étudiants d’écrire dans un “style dépouillé” pour mettre en valeur l’histoire plutôt que l’auteur. Le narrateur de conclure que “Ramsay always insisted that there was nothing that could not be expressed in the Plain Style if you knew what you were talking about.”

Éléments de bibliographie :

DAVIES, Robertson, The Deptford Trilogy: Fifth Business, The Manticore, World of Wonders, London, Penguin, 1983.

DUPRÉ, Sven, “Introduction: Science and Practices of Translation”, in Isis, 109/2, 2018, p. 302-307.

DURIS, Pascale, Traduire la science: Hier et aujourd’hui (Pessac: Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2008.

MONTGOMERY, Scott L., Science in Translation. Movements of Knowledge through Cultures and Time, Chicago and London, University of Chicago Press, 2000.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search